Numérisation et concurrence dans le trafic des paiements

Le renouvellement des infrastructures et des processus informatiques vers des paiements en temps réel et des approches bancaires ouvertes constituent la base d’une numérisation complète de l’expérience client. Outre les groupes technologiques internationaux bien connus, de nombreuses entreprises FinTech ont également été lancées en Europe et en Allemagne ces dernières années. Depuis 2012, les sociétés de capital-risque ont investi près de trois milliards d’euros dans les FinTechs allemandes. Au cours des neuf premiers mois de cette année, le chiffre a été de 778 millions d’euros, soit plus que pour l’ensemble de l’année dernière. Ces start-ups ont apporté de nouvelles idées au marché et ont réveillé les acteurs établis.

Deux tendances actuelles de FinTech

Deux tendances peuvent être observées:

Réseautage et intégration

FinTechs commencent à se mettre en réseau les uns avec les autres et à intégrer des services sélectionnés. Ils bénéficient ici du fait qu’ils peuvent utiliser des systèmes ouverts et modulaires qui ont été créés “sur un site vierge” et qui leur permettent de connecter facilement des services supplémentaires.

La question reste de savoir si les clients savent en fin de compte qui est le véritable partenaire contractuel, vers qui ils peuvent se tourner en cas de problème, et qui détient et traite leurs données. Il est ici très important d’informer les clients de manière simple et compréhensible afin de maintenir leur confiance.

Les coopérations entre les établissements de crédit et FinTechs

Les coopérations entre les établissements de crédit et FinTechs continuent à se développer. Certains sont en mesure d’offrir à leurs clients des services pratiques et innovants dans un délai très court. D’autres ont accès à une large base de clients et bénéficient, entre autres, de l’avance en matière de confiance et d’expertise réglementaire.

Il est toutefois clair que l’application de luxe ne peut être qu’aussi bonne que le paysage informatique et de processus sous-jacent.

Smartphone au cœur de la numérisation

En même temps, les établissements de crédit eux-mêmes sont devenus actifs. Ils ont développé des idées pour des paiements rapides, simples et sûrs, adaptés de manière optimale aux besoins des utilisateurs et intégrés dans leur vie quotidienne. Et le secteur du commerce de détail rêve de payer simplement en passant. Les mots à la mode sont bien connus : “invisible, sans couture, mains libres”, etc. Les premiers “convenience shops” d’un géant de la technologie aux États-Unis se débrouillent déjà sans caisse.

Le smartphone est au centre de ces efforts. Il permet de transmettre des données de transaction en utilisant une grande variété de technologies, par exemple NFC (Near Field Communication), QR (Quick Response) Code, code à barres et de stocker des moyens de paiement dans des portefeuilles numériques et de les combiner avec divers mécanismes d’authentification, par exemple des caractéristiques biométriques telles que les empreintes digitales ou autres.

L’utilisation de l’internet mobile est en pleine croissance. Parmi les 18-29 ans, 90 % surfent en mouvement. Les gens sont particulièrement actifs dans le m-commerce en déplacement, c’est-à-dire qu’ils achètent des marchandises, réservent des voyages et, surtout, paient de plus en plus souvent en déplacement. Les canaux se fusionnent dans le smartphone. Il peut être utilisé pour le paiement en magasin ainsi que pour le shopping mobile ou les paiements P2P.

Concurrence ouverte au point de vente

En revanche, la concurrence pour les méthodes de paiement alternatives à la caisse est toujours ouverte. Pour le point de vente (POS) classique, de plus en plus de banques publiques et à marque blanche proposent leurs propres solutions, tout comme les chaînes de magasins, un système de bonus bien établi et, enfin et surtout, PayPal, Google et bientôt Apple. Même Alipay est entre-temps arrivé à certains terminaux de paiement en Allemagne et en Europe.

La concurrence et donc la fragmentation du marché s’accroît. Les consommateurs, en revanche, préfèrent des solutions uniformes à l’échelle nationale, semblables à celles des paiements par carte. Qui veut avoir affaire à six applications de paiement différentes ? Les acheteurs passeront à un nouveau moyen de paiement s’il est facilement accessible, pratique à utiliser, sécurisé et s’il leur offre un avantage supplémentaire par rapport aux instruments existants.

La rapidité gagne en importance

Le “délai de mise sur le marché” est ici crucial. Le secteur bancaire allemand n’a introduit que récemment la carte bancaire dans le smartphone. Il peut être stocké dans l’application bancaire. Le paiement s’effectue comme pour la carte sans contact, via la communication en champ proche (NFC) dans le magasin. Les avantages sont évidents : sous sa forme physique, la carte bancaire est bien connue et largement acceptée. En outre, les consommateurs font davantage confiance à leur banque ou à leur caisse d’épargne en tant que fournisseur de moyens de paiement mobiles. Celles-ci sont sécurisées et seules les données nécessaires au paiement sont collectées. Sur cette base, le mobile à carte de crédit pourrait gagner des parts de marché et devenir un succès.

Il y a cependant une restriction. Le paiement mobile par carte bancaire n’a fonctionné jusqu’à présent que pour les téléphones Android. Apple réserve actuellement son interface NFC à sa propre application de paiement sans contact, Apple Pay. Cela signifie que près d’un tiers des utilisateurs de smartphones ne peuvent pas payer avec une carte de crédit mobile. Cet exemple illustre le dilemme de la banque mobile numérique. Tous les participants à la chaîne de valeur ne fournissent pas des interfaces ouvertes pour l’échange des données nécessaires. Cela entrave la concurrence et peut cimenter les marchés.

P2P

Les paiements entre particuliers via des applications P2P n’en sont qu’à leurs débuts en Allemagne. Dans d’autres pays européens comme la Suède, des services très performants existent depuis un certain temps. Les caisses d’épargne et les banques coopératives ont introduit le kwitt il y a quelque temps. Selon les rapports de presse, les clients acceptent probablement très bien cette fonction. Ceci est conforme à la dernière enquête de la Bundesbank sur le comportement de paiement, selon laquelle 5 % des personnes interrogées ont envoyé de l’argent à des amis ou des connaissances de cette manière au cours de la première année seulement.

Certaines banques privées proposent également une fonction P2P dans leur application bancaire. Il existe également d’autres solutions P2P qui sont indépendantes de cela. Paydirekt, par exemple, aimerait élargir sa gamme de services, ce qui pourrait la rendre plus attrayante. À mon avis, cependant, une large accessibilité est importante pour le succès global. Il devrait être possible de s’adresser aux utilisateurs d’autres applications.

Afin de faciliter ces transferts dans l’ensemble du SEPA, l’Euro Retail Payment Board travaille à la création d’un répertoire de mandataires paneuropéen. L’IBAN sera lié au numéro de téléphone ou à un nom d’utilisateur, par exemple.

Les paiements mobiles comme opportunité pour les banques

En combinaison avec des procédures d’authentification simples, sécurisées, éventuellement biométriques et des applications faciles à utiliser, les paiements mobiles pourraient réaliser une percée dans toute l’Europe. En Australie, un tel service de proxy est directement lié à la nouvelle plate-forme de paiement (instantané) du secteur du crédit et permet d’adresser les comptes entre les banques.

Si cela devait réussir, le compte pourrait redevenir le centre de la relation avec le client ; et donc l’institution détentrice du compte. Les banques et les caisses d’épargne devraient saisir et utiliser cette opportunité. Ils devraient agir de manière décisive pour développer des marchés importants à un stade précoce et bénéficier des effets de réseau.