Psychologie et marketing : ce qui nous pousse à cliquer sur “se désinscrire” ?

Nous utilisons tous des raccourcis pour prendre des décisions. Qu’il s’agisse de savoir comment s’habiller le matin ou quoi manger le midi, nous avons peu de temps et nous nous fions continuellement à nos intuitions émotionnelles.

Lorsqu’il s’agit de décider d’ouvrir ou non un courriel, nous nous demandons si cela vaut la peine d’y consacrer le temps et l’attention qu’il nous coûtera. Et si la réponse est non… eh bien, nous la fermons, la supprimons ou nous nous désabonnons. C’est une décision très rapide, prise en quelques secondes, mais il est essentiel de comprendre le contexte psychologique complexe pour minimiser le nombre de désabonnements et continuer à faire croître l’entreprise.

Alors quelles sont les raisons pour lesquelles les gens se désabonnent des communications par courriel ? Le courrier électronique semble être destiné à quelqu’un d’autre

La personnalisation des courriers électroniques pour différents segments cibles est essentielle pour créer une véritable relation avec les destinataires. Il n’est pas nécessaire, bien sûr, d’envoyer un courriel individuel à chaque utilisateur, mais répondre aux besoins spécifiques de chaque segment est un excellent moyen de construire une relation durable.

Par exemple, l’envoi d’un courriel de bon anniversaire avec une réduction et l’ajout de contenu dynamique pour personnaliser les images sont de bons moyens de faire en sorte que les destinataires se sentent spéciaux. Si vous avez un commerce électronique, envisagez d’envoyer des courriers électroniques de panier abandonné et des suivis. Tout moyen de contacter les bénéficiaires en répondant à leurs besoins particuliers et en leur fournissant des informations personnalisées contribue à établir une relation de confiance. Des images triviales ou absentes

Les images sont un must pour des campagnes d’emailing réussies. Les messages textuels sont souvent échangés contre du spam (tant par les utilisateurs que par les clients), à moins qu’ils ne proviennent d’adresses reconnues. Même les messages ne contenant qu’une seule image avec quelques lignes de texte risquent fort de se retrouver dans le dossier spam.

L’idéal est de viser un rapport texte/image de 60/40 (environ). Si vous avez encore des doutes sur la possibilité de vous retrouver dans le spam, nous vous recommandons de vérifier la vérification du spam dans la section Contrôle de votre plate-forme MailUp, afin de vous assurer qu’il n’y a pas d’éléments dans le courriel qui peuvent déclencher les filtres antispam.

Plusieurs études confirment l’existence d’une forte corrélation entre l’état émotionnel d’une personne et ce qu’elle perçoit visuellement. Les utilisateurs réagissent bien aux images qui créent un lien émotionnel et déclenchent des sentiments positifs. Il est donc bon de choisir des images qui frappent l’imagination des destinataires et apportent une valeur ajoutée à la marque.

Il n’y a pas de pire image qu’une image générique. Utilisez des images intéressantes et professionnelles qui correspondent bien au caractère de la marque. Si vous en avez les moyens, allouez un budget pour une séance photo ad hoc. Sinon, utilisez des photos d’archives qui s’accordent bien avec l’esthétique de la marque.

Réfléchissez également au fait que les images en mouvement ont plus d’effet pour attirer l’attention et stimuler les conversions que les images statiques. Si vous ne savez pas par où commencer avec les GIF animés et les comptes à rebours, commencez par cet ebook gratuit !

Une autre option consiste à inclure un infographique dans votre e-mail – mais faites attention à ne pas le créer trop long ou trop détaillé, sinon nous revenons au problème de la relation déséquilibrée entre l’image et le texte. De cette façon, vous éviterez le filtre anti-spam et aiderez les utilisateurs au cas où ils auraient besoin de rechercher le courriel dans leur boîte de réception plus tard, puisque la recherche se fait uniquement dans le texte, et non dans l’infographie.

Email & Newsletter : des textes plats, ennuyeux, sans personnalité

Un bon texte peut être vivant, clair et directement lié à la personne qui le lit. Évitez la terminologie académique ou spécifique à un secteur (sauf si le public est composé de professionnels).

Choisissez la langue et le vocabulaire de la personne qui le lit. Ce qui fonctionne avec les millénaires ne prendra pas une génération plus âgée – un emoji dans le sujet, par exemple, peut être fonctionnel sur certains segments du public, mais peut être non professionnel pour d’autres.

Écrire, se concentrer sur le destinataire et s’adresser directement à lui. Si vous faites la promotion d’un produit, dites aux utilisateurs ce qu’ils peuvent faire avec cet objet ou ce service, plutôt que de détailler ses fonctionnalités. Si vous faites la promotion d’un contenu (tel qu’une vidéo ou un article), soyez plein d’explications. Laissez le contenu parler de lui-même, en utilisant le courrier électronique comme accroche.

Essayez d’écrire des textes aussi courts que possible, en éliminant toute information redondante ou verbeuse. Si vous pouvez dire la même chose en moins de mots, découpez ce dont vous n’avez pas besoin. Écrivez en utilisant la forme active des verbes et le présent (Achetez maintenant ou économisez 50% ce week-end) : cela réduira la longueur de la copie et ajoutera un sentiment d’urgence à l’appel à l’action.

Enfin, n’oubliez pas de faire relire les textes par quelqu’un d’autre. Le cerveau humain a tendance à combler inconsciemment les “trous” où l’information manque, ce qui rend souvent difficile la détection des erreurs de frappe dans vos paroles. Demandez à un ami ou à un collègue de jeter un dernier coup d’œil avant de programmer l’e-mail.

Email & Newsletter : le sujet ne peut pas instiller un sentiment d’urgence

En tant qu’êtres humains, nous sommes affectés par ce que l’on appelle la FOMO (peur de manquer, ou peur de manquer des choses). C’est pourquoi il est essentiel que la copie de l’objet puisse inculquer le bon sens de l’urgence.

Comme pour les textes déjà mentionnés, utilisez des verbes à la forme active et allez droit au but : l’envoi d’un courriel passif est un moyen sûr d’obtenir une réponse passive. Comparez, par exemple, les sujets ci-dessous:

Un bon sujet est de préférence court, allez droit au but, utilisez des verbes d’action et des expressions temporelles (comme “seulement pour aujourd’hui” ou “découvrez maintenant”) pour créer un sentiment d’urgence. Une bonne tactique consiste également à éveiller la curiosité, en incitant les destinataires à ouvrir le message pour en savoir plus.

Pensez au sujet comme à une bande-annonce de courriel : il devrait éveiller la curiosité, sans révéler la fin.

Email & Newsletter : des textes trop lourds découragent la lecture

L’intérêt pour le contenu d’un courriel est subjectif : il n’y a aucun moyen de s’assurer que tout le contenu est intéressant pour tout le monde, alors comment maximiser le nombre de personnes qui liront le courriel ? Simple : en divisant le texte en blocs.

L’esprit humain aime lire par segments : c’est pourquoi les livres sont structurés en chapitres et les pages en paragraphes. Des études montrent que plus un texte est divisé en blocs ou en segments, plus la compréhension du texte est grande. Cela signifie que le message aura une probabilité beaucoup plus élevée d’être mémorisé par le destinataire s’il est divisé en blocs clairement lisibles.

La raison est simple à comprendre : le lecteur a tendance à sauter le “tarmac” du texte, risquant ainsi de manquer le message central. Faire attention à la façon dont vous divisez les blocs de texte vous permet de contrôler l’expérience de lecture et de mettre l’accent sur les parties les plus importantes du texte. Ainsi, les lecteurs sont libres de sauter des sections entières et de lire plus attentivement.

Email & Newsletter : la marque n’a pas de caractère

Le caractère est l’un des facteurs cruciaux pour le succès d’une marque, c’est pourquoi ceux qui ont peu de personnalité ont tendance à avoir moins de succès. Les utilisateurs créent une relation émotionnelle avec les marques et préfèrent suivre ceux qui se sentent intuitivement liés à leur personnalité. Personne ne veut être ennuyeux, alors pourquoi suivre des marques qui sont ennuyeuses ?

Étudiez une voix de marque qui a de l’empathie pour le public cible et qui l’utilise de manière cohérente. Choisissez des couleurs qui représentent bien la personnalité de la marque. Les destinataires seront plus réticents à se désabonner s’ils ont l’impression de parler à un ami de longue date plutôt qu’à une entreprise.

Le but devrait être d’aligner la projection externe de la marque sur ce que vous voulez que les utilisateurs pensent de vous. Serez-vous un ami amusant et extravagant pour eux ? Un confident de confiance et protecteur ? Un conseiller avisé et faisant autorité ? Pensez à ce que la marque doit évoquer dans l’esprit des destinataires, et travaillez à construire cette perception.