Nouvelle tendance : tendance des journalistes qui utilisent les médias sociaux

Dans leur travail et pour communiquer avec les professionnels des relations publiques, les journalistes utilisent désormais les médias sociaux d’une manière totalement différente. Une évolution intéressante dans le journalisme que j’observe depuis un certain temps. À l’époque, les journalistes étaient souvent sceptiques, beaucoup avaient même un peu peur du flot d’informations et de la rapidité des réseaux sociaux. Compréhensible, car de nombreux journalistes étaient habitués à être eux-mêmes des gardiens et craignaient que cette fonction ne leur soit désormais retirée. Mais que faire quand on a peur de perdre ? Vous jouez un rôle dans les médias sociaux, parce qu’alors vous avez à nouveau un rôle important. De nombreux journalistes utilisent désormais les médias sociaux de façon quotidienne et régulière. Et pourtant, leur utilisation est quelque peu différente de celle des blogueurs, des personnes d’influence, des personnes chargées des relations publiques et des activités des entreprises liées aux produits.

Les journalistes et l’information dans les médias sociaux

L’information est reprise, mais elle est toujours soumise à un examen critique par la plupart des journalistes. Cette attitude est tout à fait correcte. C’est la meilleure façon d’agir pour tous les consommateurs de tweets, d’affichages et d’articles. Les journalistes cochent la case suivante : Ne croyez pas tout tout de suite surtout si vous regardez de près les nouvelles sensationnelles et en tout cas, lisez plus que le titre. Les journalistes sont habitués à poser des questions et à faire des recherches. C’était le cas et cela le restera. Mais la surveillance des médias n’est qu’une chose. De plus en plus de journalistes publient et interagissent avec leur groupe cible. Ainsi, les journalistes montrent désormais “plus de visage” dans les réseaux sociaux et ne se cachent plus derrière le titre de leur média en ligne. Il est également à noter que dans les reportages journalistiques, là où ça se passe une photo avec le portrait du journaliste est souvent incluse. Les journalistes l’ont appris des blogueurs. Il n’y a rien à dire contre cela du tout, c’est bien quand on peut voir qu’un journaliste était vraiment là. Et ces photos (d’événements, de présentations ou d’événements de presse) sont aussi volontiers publiées à l’avance sur leur propre compte Twitter ou leur profil Facebook. En tant que journaliste, vous ne voulez pas attendre qu’un article soit publié, même s’il existe des blogueurs qui fournissent également les canaux de médias sociaux en temps réel. Les journalistes en ligne des journaux et des magazines sont beaucoup plus ouverts aux médias sociaux. Ils ont moins besoin de s’adapter à la rapidité des nouvelles et des publications. Il existe une autre différence de perception, d’utilisation et d’évaluation entre les journalistes free-lances et les journalistes à plein temps : un peu plus de la moitié des free-lances pensent que les médias sociaux ont une influence positive sur le journalisme. Ce groupe note également qu’ils ne pourraient pas du tout travailler sans les médias sociaux. Parmi les employés permanents, seul un tiers environ des personnes interrogées le confirme.

Sources d’information des journalistes

La démographie est un facteur important à cet égard. Les journalistes plus âgés, plus de 45 ans, préfèrent s’en tenir aux déclarations d’experts et utiliser leurs contacts dans le secteur. Un peu plus de la moitié préfèrent les sources de relations publiques et les communiqués de presse. Le tableau est différent chez les jeunes journalistes (18-27 ans). Ici, les relations publiques et les communiqués de presse sont les plus importants, les contacts avec l’industrie (à l’exclusion des relations publiques) et les avis d’experts sont fiables pour un peu moins de la moitié de chacun. Qu’est-ce que cela signifie pour le développement des médias sociaux ? Elle pourrait montrer que les journalistes élargissent leurs réseaux au cours de leur carrière. Les contacts personnels deviennent plus importants. Elles peuvent également résulter de la mise en réseau dans les médias sociaux et ne doivent donc plus se produire dans la vie réelle comme c’est généralement le cas pour les personnes âgées.

Comment les journalistes et les responsables des relations publiques communiquent-ils ?

Peut-être que les médias sociaux attireront davantage l’attention sur l’un ou l’autre compte. Mais malgré l’utilisation croissante, le courrier électronique reste la méthode de communication préférée entre les RP et le journalisme. Une information importante pour les responsables des relations publiques : les journalistes aimeraient avoir moins de contacts par téléphone. D’ailleurs, la plupart des blogueurs ressentent la même chose, car au téléphone, on se sent toujours un peu “piégé”. Le contact via les médias sociaux est acceptable pour 12 % des journalistes, mais le matériel et les informations sont ensuite renvoyés par e-mail.

Cinq groupes d’utilisateurs typiques parmi les journalistes

Il y a des architectes, des promoteurs, des chasseurs, des observateurs et des sceptiques dans l’étude. Les observateurs constituent le groupe le plus important avec 35 %. Seuls neuf pour cent sont des “architectes”, les utilisateurs les plus proactifs des médias sociaux et les pionniers, et sont surtout actifs dans le journalisme en ligne. Les promoteurs appartiennent également à des groupes d’utilisateurs plus restreints et sont particulièrement désireux d’utiliser les médias sociaux pour publier et promouvoir leur travail et pour interagir avec leur groupe cible. Les chasseurs (selon les informations) représentent 28 % du total, principalement à la recherche de journalistes en ligne. Cependant, 22 % de ce groupe travaillent dans le secteur de l’impression. Il est intéressant de noter que, de tous les groupes, c’est ici que l’on trouve la plus grande proportion de journalistes de radio. Un peu moins d’un cinquième (19 %) sont encore sceptiques face à toute cette “agitation sur les médias sociaux” et un quart d’entre eux sont des refus totaux de Facebook et Cie, selon leurs propres déclarations. Ils admettent même qu’en tant que journalistes, ils manquent tout simplement de compétences en matière de médias sociaux. C’est pourquoi ils n’envisagent jamais de passer au statut d’observateur, simplement parce qu’ils manquent totalement d’intérêt.