3 conseils pour choisir la bonne police de caractères dans ses courriers électroniques

Cela arrivera à tout le monde, tôt ou tard : vous tombez amoureux d’une police, vous l’insérez dans vos communications, mais vous vous rendez compte ensuite que dans les courriels livrés, elle a disparu, remplacée par une banale Arial ou (pire encore) Times New Roman.

C’est généralement parce que la police choisie ne fait pas partie des standards du web et n’est donc pas supportée par le dispositif sur lequel vous visualisez le message. Dans cet article, nous allons analyser quelles polices sont adaptées à l’utilisation sur le web, comment contourner les limites qui se posent et quelles sont les meilleures pratiques pour les campagnes d’e-mailing.

Quelles sont les polices standards pour le web ?

La partie texte est, à toutes fins utiles, l’un des éléments les plus importants d’un e-mail. Le style, la mise en page et les graphiques de ce texte constituent son aspect typographique, un élément qui peut changer radicalement l’apparence d’un message s’il est utilisé au mieux. Le problème est que le rendu graphique des polices varie énormément en fonction de l’appareil et du client qui ouvre le message.

Les polices standard pour le web sont définies comme les quelques polices qui sont prises en charge par tous les systèmes d’exploitation et qui apparaissent donc correctement dans n’importe quel environnement, modalité ou dispositif d’affichage. Les polices standard sont les suivantes:

Comme elles garantissent un affichage optimal, ces polices constituent le choix le plus sûr pour les campagnes de courrier électronique. L’inconvénient est que, étant donné leur petit nombre, ils limitent considérablement le potentiel créatif des messages. Heureusement, il existe de nombreuses façons de contourner cette limite.

Un bon concepteur de courrier électronique sait avant tout tirer le meilleur parti du potentiel typographique des polices en équilibrant le texte, les images, l’espacement et d’autres éléments graphiques. Vous pouvez également utiliser des polices autres que les polices standard tout en limitant les inconvénients de ne pas les prendre en charge. Une option consiste à utiliser des jeux de caractères – tels que les Google Web Fonts – qui sont téléchargés du navigateur lorsque vous ouvrez le message.

Implémenter un CSS spécifique, en outre, vous pouvez faire savoir au système quelle police remplacer celle qui ne s’affiche pas correctement : une sorte de police “de réserve” (en anglais “font stack”) qui vous permet de contrôler les dégâts de non affichage.

L’éditeur MailUp BEE comprend une fonction intelligente conçue pour enregistrer la construction d’une feuille CSS par le compositeur de courrier électronique : lors du choix de la police, BEE inclura automatiquement une liste de caractères de réserve (à ce lien les spécifications).

Je laisse trois facteurs à garder à l’esprit lors du choix et de la définition des polices pour vos campagnes d’emailing.

La bonne police pour le corps de l’email

Avec un article d’actualité, Bloomberg a définitivement rejeté l’utilisation d’Arial et d’Helvetica dans les emails, les qualifiant de “pas idéal” pour cette utilisation. La raison réside dans la conception trop uniforme de certaines lettres – telles que p, b, q, d – qui sont difficiles à distinguer les unes des autres.

“Il est toujours préférable d’utiliser une police de caractères dont la forme des lettres n’est pas ambiguë”, conseille l’imprimeur Gerry Leonidas dans l’article. Il est préférable d’utiliser une police dont les terminaisons contribuent à donner une identité unique à chaque caractère. L’image ci-dessus résume la différence entre les polices avec grâces ou pardons (appelées serif en anglais) et sans grâces ou bâtons (sans serif).

Les meilleures alternatives à Arial et Helvetica ? Géorgie et Verdana. Lorsque nous lisons des e-mails, l’œil scrute généralement quelques paragraphes rapidement au maximum. Un espacement important et constant entre les lettres permet une lecture rapide, tandis que la présence de grâces facilite la reconnaissance des caractères par l’œil, surtout en présence de blocs de texte longs et compacts.

Un bon exemple de la grâce en action est offert par la newsletter d’Enrica Crivello (Marketing with a Heart), qui choisit la Géorgie pour alléger ses e-mails tout texte, dont le seul atout est l’alternance chromatique entre le gris anthracite et le rose.

Si les blocs de texte sont courts et alternent avec de nombreuses images, il est acceptable d’utiliser une police sans remerciements. L’IFTT, par exemple, choisit l’Helvetica pour le corps du message et l’Arial pour l’appel à l’action. Le résultat est clair, lisible et agréable.

En conclusion : d’une manière générale, il est bon de choisir une police de caractères gracieuse si vos e-mails comportent des blocs de texte de longueur moyenne. En particulier, des polices comme Verdana et Georgia permettent à l’utilisateur de lire plus facilement et rapidement le texte. Cependant, si les messages ne contiennent que de courts blocs de texte compacts, une police sans empattement peut tout aussi bien, sinon mieux, fonctionner.